Pourquoi composter ses d√©chets alimentaires ūü•í ?

Pourquoi composter ses d√©chets alimentaires ūü•í ?

Vive l'économie circulaire

Comme disait Antoine Lavoisier 'rien ne se perd, tout se transforme' et cela particulièrement vrai pour nos restes alimentaires, qui peuvent se transformer en fertilisant et même dans certains cas en énergie !

Vous avez peut être déjà vu Retour vers le futur ?

Salut Doc !

Pour alimenter sa voiture, Doc mets des peaux de banane dans son réservoir. Science fiction ? Pas vraiment ! Les peaux de banane et les restes alimentaires peuvent en réalité se transformer en biogaz et devenir un "carburant".

Rentrons un peu dans les d√©tails techniques ūü§ď

Le mot technique qui permet de cr√©er de l'√©nergie √† partir de d√©chets alimentaire est biom√©thanisation. Gr√Ęce √† l'absence d‚Äôoxyg√®ne, ce proc√©d√© biologique utilise les mati√®res organiques r√©siduelles et produit un biogaz qui contient du m√©thane. Ce biogaz peut √™tre utilis√© comme source d‚Äô√©nergie et le terreau r√©cup√©r√© qui peut √™tre utilis√© pour enrichir la Terre.

De nombreux bénéfices

Une energie 100% renouvelable

Nous jetons en moyenne 59 kg de déchets alimentaires (épluchures, etc) par personne et par an.  Avec ce procédé, cela permet de générer environ 8 m3 de gaz par personne et par an. Même si cela reste faible par rapport à notre besoin annuel (le chauffage d'une maison nécessite environ 1000m3 par an), il n'est pas anodin pour autant !

Et de l'engrais naturel

De l'autre c√īt√©, apr√®s la biom√©thanisation, le reste de la mati√®re transform√© est un terreau riche qui permet notamment de remplacer les engrais de synth√®se. Les engrais de synth√®se sont tout de m√™me responsables de 2.5% des √©missions carbones actuelles ! C'est donc un second levier int√©ressant pour d√©carboner notre alimentation.

Moins de poubelles

Enfin, gr√Ęce √† la biom√©thanisation des d√©chets alimentaires, c'est autant de kg de poubelles qu'on √©vite, que l'on ne doit pas r√©cup√©rer, transporter, incin√©rer, etc. Encore des √©conomies utiles.

Comment participer à ce mouvement ?

Participer financièrement

Les projets de méthanisation sont encore naissants en France mais se multiplient rapidement. Si vous souhaitez accélérer ce mouvement, vous pouvez participer à leur développement en soutenant financièrement des projets de ce type sur des plateformes comme Lendosphere ou Miimosa.

Apporter votre matière première

Sinon, il y a plusieurs manières d'agir en apportant la matière première que sont vos restes alimentaires :

1) Soit vous pouvez acheter une poubelle avec un filtre à charbon et le déposer régulièrement dans des zones de compost.

Renseignez-vous d'abord pour trouver un lieu de collecte près de chez vous.

N'ayez pas peur des odeurs, contrairement à ce que l'on peut penser, les déchets alimentaires dans une poubelle avec un filtre à charbon sent moins que dans votre poubelle en plastique !

2) Soit vous pouvez construire votre propre composteur ou achetez un digesteur anaérobie.

Attention toutefois aux excès d'optimisme, cette option nécessite un peu plus de travail qu'on ne le croit.

Pour éviter les nuisibles dans les composteurs dans le jardin, ajoutez suffisamment de matière sèche (comme le carton).

Que peut on mettre dans son compost ?

Nous vous proposons plut√īt de regarder ce que vous ne pouvez pas mettre ou en tr√®s petites quantit√©s :

  • les agrumes (comme le citron, le pamplemousse)
  • le poisson
  • des mati√®res grasses comme de l'huile.
  • le pain
  • les coques de noix
  • les gros noyaux comme l'avocat ou l'abricot (qui mettent beaucoup de temps √† se d√©composer)

Tout le reste, consid√©rez que vous pouvez les composter : th√©, caf√©, l√©gumes, fruits, herbes, fleurs fan√©es, du bois, des coquilles d'oeuf, des p√Ętes cuites, etc.

Le mot de la fin

Il y a tellement de bonnes raisons de composter ses restes alimentaires qu'il serait dommage de ne pas le faire.

C'est même jouissif de savoir que jeter ses restes et de savoir que ces déchets vont permettre à un autre usage. L'économie circulaire n'a pas de limites !

D'ailleurs, bonne nouvelle pour terminer cet article : à partir du 1er janvier 2024, l'ensemble des professionnels seront dans l'obligation de trier à la source leurs biodéchets.